Catégories
Journal

24 décembre 2019 – Blocus

En cette veille de noël et de fêtes en famille synonyme de repas conviviaux, mon corps ne peut plus rien ingérer.

Le miracle de la FIV renferme également son lot de surprises durant le 1er trimestre de grossesse : outre le traitement à base d’ovules, de comprimés et de piqûres quotidiennes de progestérone ; outre les sautes d’humeur, les bouffées de chaleur ou à l’inverse le froid qui gagne les entrailles générant frissons et extrémités glacées, il y a une chose à laquelle on s’attend moins et qu’au final on devrait redouter plus que tout : la constipation.

La prise en forte quantité de progestérone durant une durée prolongée est coupable de ce mal invivable. On s’inflige alors un traitement complémentaire à base d’un litre d’Hépar par jour, de fruits, de légumes et de suppositoires à la glycérine. Ces derniers qui mettent habituellement 15 minutes pour faire effet, prennent aujourd’hui une demi-journée voire une journée quand il ne faut pas en prendre deux pour arriver à bout de ce ventre gonflé non par le fœtus mais par l’accumulation des aliments ingérés et non évacués.

Ce sujet devient LA priorité. La première question que vous vous posez au saut du lit le matin : « vais-je me délivrer aujourd’hui ? » est un mantra qui ne vous quitte pas. Cela devient une obsession, votre sujet de conversation favori. Vous en venez à envier les autres de se délester aussi facilement de leur repas de la veille.

Pas très glamour me direz-vous. Le glamour viendra quand ce beau bébé sera dans mes bras. En attendant j’accepte et je fais de mon mieux pour vivre sereinement cette grossesse, en attendant avec hâte la fin de ce 1er trimestre et donc de mon traitement.