Catégories
Journal

19 novembre 2019 – Jour J

2ème FIV – 6ème transfert – Résultats du 8ème et dernier embryon.

Je me réveille, doucement, paisiblement, je prends mon petit déjeuner devant ma série préférée, je vais sous la douche, me lave les cheveux que je vais devoir sécher et coiffer ensuite. Ma crinière étant épaisse, cela me demande souvent une bonne demi-heure.

Je recule le moment. Je redoute le verdict alors je prends mon temps afin de garder espoir un peu plus longtemps. Les déceptions étant toujours dévastatrices et ayant été nombreuses ces derniers temps, je ne peux qu’angoisser à l’idée de tomber encore une fois.

Je marche lentement sur le chemin me menant à mon destin, notre destin. Je suis reçue très rapidement par une infirmière aimable, je la regarde et finis par lâcher un « j’espère que vous me porterez chance cette fois ». Elle sourit, ne me répond pas, fixe l’élastique à mon bras et plante l’aiguille qui m’ôtera la fiole de sang responsable de mes larmes quel que soit le résultat. Un prélèvement rapide, sans douleur et sans mot d’encouragement. J’aurais aimé en cet instant une parole apaisante, accompagnant le regard compatissant de cette femme au visage doux. On a parfois besoin de mots réconfortants pour nous indiquer que nous ne sommes pas seules. La force des autres permet de nourrir la nôtre.

J’occupe ma journée entre shopping, administratif et réflexion sur l’entreprise que je suis en train de créer. Penser à tout sauf aux résultats. Ils viendront dans la soirée, comme une réponse à ma venue tardive du matin. Habituée au protocole, j’appelle mon homme encore au travail, attends qu’il s’isole pour ouvrir le fichier PDF du laboratoire d’analyses envoyé par mail.

291 Mui/ML de BETA HCG. Je dois le relire dix fois, m’assurer que je ne rêve pas, lire les barèmes de peur que ces derniers ne soient différents du précédent laboratoire parisien dans lequel j’avais l’habitude de me rendre. Je n’ai jamais eu de taux aussi haut. J’ai atteint une fois péniblement les 13. Aujourd’hui je vois un résultat à trois chiffres. J’ai besoin de la validation de mon médecin pour être sûre. Je ne veux pas de fausse joie.

Après 2 ans de protocole de FIV et 3 opérations, mon test de grossesse est positif.

Je ne crie pas victoire, je reste sur mes gardes, et dès maintenant je décide d’attendre les 3 mois pour commencer à me réjouir. Mon homme est aux anges car selon lui et quoiqu’il arrive par la suite c’est déjà une superbe réussite. Je suis d’accord avec lui.