Catégories
Journal

13 novembre 2019 – Savoir s’entourer

Comment se fait-il que les enfants éloignent autant les ami(e)s ? A partir du moment où l’une d’elle est enceinte ou vient d’accoucher, les relations changent radicalement. Les réponses aux appels ou au sms se font attendre, les disponibilités se font beaucoup plus rares et les conversations ne tournent plus autour des mêmes sujets.

Quand des amies connaissent la maternité au même moment, cela ne pose pas de souci, la route se fait en tandem. Mais quand l’une d’elle n’a pas encore eu son ticket ? Cela veut-il dire qu’il faut la laisser sur le bord de la route ?

L’exclusion des femmes sans enfants n’est pas volontaire dans la majeure partie des cas mais isole un peu plus celles qui sont dans un état de souffrance parfois permanent, à la fois psychique et physique quand les traitements s’enchaînent en vain. Il est difficile pour celles qui ne le vivent pas, ne l’ont pas vécu et ne le vivront jamais de comprendre l’impact que cette souffrance peut avoir sur la vie sociale. Nombreuses sont les amies qui ne le restent plus, faute d’avoir pu écouter et soutenir celle (e)s qui en avai(en)t besoin.

J’ai fait ce constat récemment, auprès d’une amie de longue date dont j’étais très proche. Depuis la naissance de son premier enfant, je ne la reconnais plus et ne la comprends plus d’ailleurs. Je la trouve distante, tournée vers des sujets qui me semblent futiles et très nombriliste alors même qu’elle sait exactement dans quelle phase de ma vie je me trouve. Bien sûr, la déception a été vive mais après un certain laps de temps on prend du recul et on se dit que tant que l’on n’a pas connu d’épreuve de ce type, on ne peut pas comprendre. Alors je lui pardonne, même si je m’éloigne afin de me protéger.

A l’inverse, dans les périodes difficiles de la vie comme celles de la PMA, on constate le rapprochement de certains individus qui n’étaient sûrement pas destinés à l’être. Rencontres aidées par la cohésion dans l’épreuve.

Rejoindre un groupe de parole ou une association peut aider à se sentir moins seule, participer à des forums aussi, ou tout simplement parler ouvertement de son combat : cela nous fait prendre conscience bien souvent que nous sommes loin d’être seule dans ce cas.

Savoir bien s’entourer pour pouvoir parler et être écoutée, voilà selon moi une des priorités dans la difficulté.