Catégories
Journal

03 décembre 2019 – Retour à l’adolescence

On pourrait se dire qu’être enceinte après un lourd protocole de PMA, nous met à l’abris d’autres désagréments de la maternité. On a déjà tellement prouvé à travers les épreuves et à qui veut l’entendre que nous sommes totalement prêtes pour accueillir un enfant, qu’on mérite enfin d’être tranquille !

C’est sans compter sur les hormones. Outre les nausées et les coups de fatigue, rassurantes pour ma part, on se réveille un matin et la vision dans le miroir nous ramène des dizaines d’années en arrière. Des visiteurs chassés depuis longtemps sont de retour, ceux dont on a mis des années pour s’en débarrasser : les boutons d’acné.

Je suis ouverte à tous les maux, tous les symptômes : ceux qui m’écœurent, qui me font passer la journée sur la cuvette des WC, qui me donnent des bouffées de chaleur ou encore qui me clouent au lit de fatigue. Mais pas ceux-là. J’ai mis des années à les faire disparaître, j’ai appris toutes les méthodes pour les camoufler, j’ai utilisé toutes les techniques de maquillage pour les estomper. Et c’est au moment où je m’apprête à donner la vie, ce moment où on passe de l’époque de l’insouciance à celle des responsabilités, celui où l’on devient grand, que je dois de nouveau faire face à mon ennemi d’adolescence.

Il paraît que c’est la forte concentration d’hormones lors du 1er trimestre qui explique ce phénomène. Avec mon cocktail molotov quotidien, il ne m’en faut pas plus pour comprendre que je ne suis pas au bout de mes peines et que ce n’est le début…

Alors je parle à mon bébé et je lui dis que s’il veut bien se manifester autrement que par cet acte disgracieux, ça nous arrangerait moi et la communauté. Car ma vision de dégoût face au miroir n’est rien, comparée à la compassion perçue sur le visage des gens que l’on croise…